Portrait du cardinal de Fontanges par Joseph Duplessis

Joseph-Siffrède Duplessis (1725-1802), Portrait du Cardinal François de Fontanges. Huile sur toile, 39,2 x 31,2 cm. © Centre des monuments nationaux

Description matérielle

Inscription manuscrite donnant l'identité du modèle : au dos : Mgr. François de Fontanges évêque de Nancy, archevêque / de Bourges et de Toulouse / aumônier de la Reine Marie Antoinette

 

Œuvres en rapport

La famille de Fontanges est une des familles subsistantes de la noblesse française d’extraction chevaleresque, sur preuves de 1373, originaire de la Haute-Auvergne. Elle donna de nombreuses branches pour la plupart éteintes. La branche aînée est demeurée célèbre grâce à Marie Angélique de Scorailles dite la duchesse de Fontanges (1661-1681) devient favorite du roi Louis XIV. Elle hérite à son tour le fief de Fontanges, que le roi érige en duché.

Issu d’une branche cadette, François de Fontanges (1744-1806) est passé à la postérité principalement pour avoir été aumônier de la reine Marie-Antoinette à Versailles en 1774. Il également été par la suite évêque de Nancy de 1783 à 1787, archevêque de Bourges de 1787 à 1788, archevêque de Toulouse à partir de 1788. Il ne reste que peu de temps, car quelques semaines plus tard, il est élu député aux États généraux pour le clergé de la sénéchaussée de Toulouse, et quitte Toulouse pour Versailles, où siègent les États généraux réunis par Louis XVI. Peu favorable aux réformes de la Révolution, il siège à la droite de l'assemblée constituante. Il émigre en 1792 à Londres où il relate la fuite à Varennes selon les confidences de la reine elle-même. Rentré en France, il se retire de sa charge archiépiscopale en 1801, puis est nommé évêque d'Autun en 1802.

Lynda et Stewart Resnick possèdent actuellement dans leur collection à Los Angeles, une version intéressante du portrait de Marie-Antoinette à la rose, dans laquelle la robe de la reine est couleur "suif de Londres" (satin gris) et non bleue comme dans le portrait aujourd'hui exposé au Petit Trianon. Il aurait été offert par Marie-Antoinette à son Grand Aumônier, Monseigneur François de Fontanges (1744-1806), archevêque de Nancy et Primat de Lorraine en 1783. Il resta dans la famille de Fontanges jusqu'au début du XXème siècle, avant d'être acquis par la baronne Elie de Rothschild (1916-2003) puis par Lynda et Stewart Resnick.

Deux copies de ce portrait du cardinal François de Fontanges, portant le costume d'archevêque à cape boutonnée en moire violette sont conservés au musée Rolin d’Autun. En ce qui concerne l’auteur de ce portrait, l’œuvre peut être rapprochées du portrait de l’archevêque de Paris Antoine-Éléonor-Léon Leclerc de Juigné, par Joseph Duplessis (Vente Neumeister, Munich, du 20.03.2019). D’une part l’archevêque de Paris est proche du cardinal de Fontanges au moment de tourmente révolutionnaire (il s'oppose à la réunion des trois ordres aux Etats généraux et émigre rapidement), et d’autre part la facture, quoique de moindre qualité par rapport au portrait d’Aulteribe, n’est pas si éloigné dans le traitement du visage.

Anonyme du XIXe siècle, Portrait du Cardinal François de Fontanges. Huile sur toile, 39,2 x 31,2 cm. Autun, musée Rolin © Centre des monuments nationaux

 

Joseph-Siffrède Duplessis (1725-1802), Antoine-Éléonor-Léon Leclerc de Juigné. Huile sur toile, 65 x 54 cm. Vente Neumeister (Munich) du 20.03.2019 © Neumeister

 

Elizabeth Louise Vigée Lebrun, Portrait de la Reine Marie Antoinette offert au Cardinal de Fontanges, 1783. Collection de Linda and Stewart Resnick. © 2010 Museum Associates / LACMA. Courtesy of The Metropolitan Museum of Art

Œuvre à la loupe

 

 

 

MenuFermer le menu