Un portrait d’homme par Caspar Netscher

Caspar Netscher (1639-1684), Portrait d’homme. Huile sur toile, 147,5 x 122 cm. Château d’Aulteribe © Centre des monuments nationaux /Benjamin Gavaudo

Description matérielle

Cachet d’atelier au revers, sur le châssis, tampon au fer : MOMPER / A / PARIS. Identifié par une facture comme un tableau de Caspar Netscher.

Documentation

Franits E. Wayne, la peinture hollandaise du genre du XVIIe siècle : son évolution stylistique et thématique, New Haven, Yale University Press, 2008.

Pieter Marinus Netscher, Geslachtsregister der familie Netscher : met levensschetsen van de schilders Caspar, Theodorus en Constantyn en zeven genealogische tabellen, La Haye, Nijhoff, 1889.

Marjorie E. Wieseman, Caspar Netscher and late seventeenth-century Dutch painting, Doornspijk, Davaco, 2002.

Dans les réserves du château d’Aulteribe, un autre portrait de Caspar Netscher, cette fois-ci féminin, pourrait lui être associé sur le plan stylistique.

Œuvres en rapport

L’œuvre conservée au château d’Aulteribe est longtemps demeurée dans ses réserves, accompagné d’un portrait de femme qui lui fait probablement pendant, mais qui n’a pas été encore restauré. L’homme, dont le bras gauche est en appui sur une table recouverte d’un tapis, porte un manteau de brocard doublé de satin rouge. Le commanditaire a désiré faire figurer des livres derrière son bras gauche, tandis que le bord dextre du tableau s’ouvre très traditionnellement sur un jardin au crépuscule, dispositif que l’on retrouve chez de nombreux portraitistes flamands du XVIIe siècle. Le manteau richement brodé est caractéristique de la mode des années 1670-80 comme le montre une série de figures de mode représentatives de la société, édité par l’artiste néerlandais Romeyn de Hooghe.

La qualité du modelé du visage, précis et très réaliste rattache indéniablement ce tableau à l’école du nord. La palette, la pose typique utilisée par le portraitiste Caspar Netscher (1639-1684), bras gauche en appui, l’arrière-plan paysagé, ainsi que la touche raffinée destinées à rendre les matières, notamment du tapis et des étoffes, ont incité à rapprocher cette œuvre au peintre. Cependant, d’autres peintres, comme Jan Verkolje (1650-1693), utilisent ce même vocabulaire formel comme le montre le portrait de Petronella Boogaart peint en 1679 et conservé au Rijksmuseum Twenthe. La manière entre les deux artistes est cependant bien différente. La palette de Jan Verkolje est plus claire et le modelé de la carnation tend vers un effet de porcelaine alors que la carnation chez Caspar Netscher est plus dense, sans effet porcelainé. Notre tableau semble ainsi revenir à Caspar Netscher, en conformité avec la facture retrouvée au château. Il est à noter que ce portrait est de taille imposante, de plus d’un mètre cinquante de hauteur sur un mètre vingt de largeur, ce qui le distingue des autres toiles de personnages privés, de format plus modeste. Le personnage représenté, non identifié, commande ici un portrait officiel, marqué par la médaille mise en évidence, qui n’a malheureusement pas pu être identifiée.

Caspar Netscher (1639-1684) est un portraitiste important de l’âge d’or hollandais du XVIIe siècle, siècle marqué par le progrès des sciences, des arts et surtout de l’économie aux Pays-Bas. Sa célébrité égale celle d’autre grands portraitistes hollandais tels que, Willem Drost (1633-1659), Caesar van Everdingen (1616-1678), Govert Flinck (1615-1660), Frans Hals (1580-1666) ou Nicolaes Maes (1634-1693).

En 1654, à Deventer, il devient l’élève du célèbre peintre Gerard ter Borch (1617-1681), dont il est un des plus talentueux élève, au point de figurer en tant que modèle sur plusieurs des œuvres de Gerard Ter Borch. Installé à La Haye en 1662, il s’oriente vers l’art du portrait avec succès et réalise notamment le portrait de Charles II ainsi que les portraits de la noblesse anglaise et des Pays-Bas. Lorsque le roi Guillaume III d’Angleterre devient son mécène (1662), ses revenus lui permettent de satisfaire son pour les scènes de genre, figurant des musiciens ou des scènes de la vie quotidienne, où il excelle dans la représentation minutieuse des étoffes, soieries, brocarts et tapis. À l’apogée de son art et de son succès, il meurt à l’âge de 45 ans à La Haye.

 

Caspar Netscher (1639-1684), Sir William Temple. Huile sur toile. Huile sur toile, 52,1 x 43,2 cm. Londres, National Portrait Gallery © Wikipedia

 

Caspar Netscher (1639-1684), Portrait de Cornelis Backer (1633-81). Huile sur toile, 50 x 42 cm. Amsterdam, Rijksmuseum © Rijksmuseum

 

Jan Verkolje (1650-1693), Petronella Boogaart, 1679. Huile sur toile, 55,5 x 46,2 cm. Amsterdam, Rijksmuseum Twenthe © Rijksmuseum Twenthe

 

Nicolaes Maes (1634-1693), Portrait d’un gentleman. Huile sur toile, 56,5 x 49 cm. Vente Sotheby’s, Londres, 08.07.1999 © Artprice

 

Caspar Netscher (1639-1684), Autoportrait, après 1660. Huile sur toile, 28 x 22 cm. Amsterdam, Rijksmuseum © Rijksmuseum

Œuvre à la loupe

 

 

MenuFermer le menu