Louis de Boulogne

Allégories des saisons par Louis de Boulogne II

 

Louis de Boulogne II (1654-1733), Allégories des saisons, 1707, (Vertumne et Pomone et Ariane et Bacchus). Huiles sur toile, 97 x 130 cm. Château d’Auteribe © Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux

Description matérielle

Œuvres signées et datée

Documentation

Hélène Guicharnaud et Antoine Schnapper, Louis de Boullogne : 1654-1733, Paris, 1985.

Œuvres en rapport

Ces deux huiles sur toile forment une paire comme le montrent leurs dimensions identiques, et sont toutes deux exécutées par Louis de Boullogne II et datées de l’année 1707. Fils du peintre, graveur et professeur à l’Académie royale de peinture Louis Boullogne I, Louis de Boullogne II, dit aussi Boullogne fils, obtient le célèbre grand prix de peinture de l’Académie, appelé prix de Rome, a seulement dix-huit ans et rejoint Rome dès 1675-1676. Lors de son séjour en Italie, il se rend en Lombardie, en Toscane et à Venise et voyage jusqu’en 1680. L’année suivante, il est reçu membre à l’Académie royale de peinture. D’une grande renommée de son vivant, il travaille pour les demeures royales de Marly, de Meudon, de Versailles, mais aussi pour le prince de Condé à Chantilly. En 1694, il devient professeur à l’Académie avant de devenir Premier peintre du roi, au tout début du règne de Louis XV (1724), puis devient l’année suivante directeur de l’Académie, fonction qu’il assume jusqu’à sa mort. Sa principale préoccupation a été de remettre le dessin d’après le modèle vivant au cœur de l’apprentissage des artistes, au lieu de la copie d’après les dessins d’artistes, suivant les préceptes de l’école des Carrache à Bologne. Le portrait que Pierre Gobert fait de lui est explicite quant à cet engagement primordial d’un retour à l’observation de la nature.

Sa manière italianisante se caractérise par un savant mélange entre l’art de la couleur et celui du dessin, le coloris chatoyant se trouvant appuyé par un dessin précis, esthétique issue d’une synthèse entre l’école vénitienne et celles romaine ou florentine, se souvenant aussi bien de Titien que de Raphaël. Aussi à l’aise dans les petits formats que dans les grands, ses œuvres relèvent d’une iconographie classique, le plus souvent issues de la mythologie gréco-romaine ou de l’histoire chrétienne.

La paire d’allégorie du château d’Aulteribe a été lue comme celle des saisons en raison des personnages représentés. Bacchus est ainsi généralement associé à l’Automne, et Vertumne – sous la figure d’une femme âgée – à l’hiver. Elles pourraient aussi appartenir à une série plus vaste sur les amours des dieux. La figure d’Ariane, alanguie sur un rocher, peut être rapprochée de deux dessins de Louis de Boullogne II conservés au musée du Louvre. Ces deux nus, qui sont souvent vus comme des études pour une Diane au bain aujourd’hui disparue, présente une figure féminine dans une position très semblable, notamment au niveau des jambes et du buste, à celle d’Ariane. La composition peut, quant à elle, être rapproché d’un dessin conservé au musée des Beaux-arts de Rouen.

Deux autres versions de Vertumne et Pomone, présentées comme autographes, ont été vendues chez Sotheby’s New York le 8 janvier 1981 et chez Art Curial le 9 juin 2021. Une autre est conservée au musée des Ursulines à Mâcon. Une copie de ces peintures a été réalisée dès 1709 par Pierre Paul Mérelle pour la galerie du château de Guermantes.

 

Pierre Gobert (1662-1744), Portrait de Louis de Boullogne le jeune, peintre (1654-1733), devant une séance de pose d'après le modèle vivant à l'Académie Royale de Peinture. Huile sur toile, 115 x 88 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

 

Louis de Boullogne II, Femme nue, le bras droit tendu : Diane ; reprise de la main, vers 1707, pierre noire et rehauts de blanc sur papier bleu, 32 x 30 cm, Paris, musée du Louvre. © Musée du Louvre. 

 

Louis de Boullogne II, Étude de femme, pierre noire et rehauts de blanc sur papier bleu, 30 x 37,5 cm, Paris, musée du Louvre. © Musée du Louvre 

 

Louis de Boullogne II, Bacchus couronnant Ariane, pierre noire avec rehauts de blanc sur papier bleu, 21,5 x 27, 3 cm. Rouen, musée des Beaux-arts. © Musée des Beaux-arts de Rouen

Œuvres à la loupe

 

 

 

 

MenuFermer le menu