Version originale du portrait de Louise-Diane d'Orléans ?

Aidez-nous à documenter les versions de ce tableau afin de confirmer le portrait d'Aulteribe comme une version originale de Louise-Diane d'Orléans.

Attribué à Pierre Gobert (1662-1744), Louise Diane d'Orléans, Melle de Chartres, Princesse de Conti. Huile sur toile, 128 x 95 cm. © Centre des monuments nationaux.

Description matérielle

Œuvre rentoilée

Documentation

L'accrochage initial du tableau n'est pas documenté. La campagne photographique de 1965 montre déjà clairement que les portraits ovales, initialement disposés en pendant (voir fiches précédentes), sont désormais accrochés de manière purement décorative.

 

Accrochage du tableau en 1965 © Centre des monuments nationaux.

Œuvres en rapport

Pierre Gobert (1662-1744), Louise Diane d'Orléans, Melle de Chartres, Princesse de Conti (1716-1736) en Iris. Huile sur toile, 98 x 83 cm (Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon) © Blot ; Lewandowski ; Réunion des musées nationaux

Le portrait conservé au château de Versailles a été attribué à Pierre Gobert, peintre attitré des Condé, mais une incertitude demeure sur le fait qu'il s'agisse de Louise-Élisabeth de Bourbon (1695-1775) ou sa belle-fille Louise d'Orléans (1716-1736). Dans les deux cas, le portrait représente une princesse de Conti en Iris, portrait dont on trouve régulièrement des copies sur le marché de l'art.

L'acquéreur de ce tableau a sans doute acheté le portrait de Louise-Élisabeth de Bourbon (1695-1775), comme le marché de l'art continue de désigner les copies de ce portrait. Il s'agit donc dans notre contexte de la fille du Régent Philippe II d'Orléans (1676-1723) et de Françoise Marie de Bourbon (1677-1749), elle-même fille de Louis XIV et de Mme de Montespan.

L'intérêt de la version d'Aulteribe réside dans sa grande qualité et son format exceptionnel puisque le portrait est rectangulaire, plus grand que celui conservé au château de Versailles. Il donne à voir un paysage à l'arrière-plan, faisant apparaître le visage de manière très théâtrale, entre une nuée et un rocher escarpé, à la manière d'un décor d'opéra. La finesse des mains et des iris est aussi remarquable.

Œuvre à la loupe

 

 

 

MenuFermer le menu