Six femmes, allégories ou saintes ? par Guy François

Guy François, Six femmes, allégories ou saintes ?

 

 

 

 

 

Guy François (v. 1578-1650), Six allégories ou saintes, huile sur bois, 62 x 92 cm, château d’Aulteribe. © Philippe Berthé/Centre des Monuments nationaux.

Documentation

Le siècle de Rubens dans les collections publiques françaises [exp. Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 1977-1978], cat. exp. sous la dir. de Jacques Foucart, p. 54, n° 19.
Bruno Saulnier, Guy François. Peintres caravagesques du Puy-en-Velay, Paris, Arthena, 2018, p. 175-176.
Marie-Félicie Pérez, Bruno Saulnier, « Une série des femmes illustres ou femmes fortes par Guy François (1578? -1650) », In Situ, revue des patrimoines [en ligne],2009 [consulté le 25/06/2021]. http://journals.openedition.org/insitu/4514

Œuvres en rapport

Cet ensemble de six peintures, classé monuments historiques depuis 1993, a été reconnue de la main de Guy François (v. 1578-1650) par Bruno Saulnier dans la monographie qu’il a consacré à l’artiste aux éditions Arthéna en 2018. Cette attribution avait déjà été évoquée par Jacques Foucart en 1977 dans le catalogue de l’exposition Le siècle de Rubens dans les collections publiques françaises.

Ce peintre caravagesque originaire du Puy-en-Velay, a été aussi bien actif dans le Velay qu’en région toulousaine, essentiellement dans le domaine de la peinture religieuse. Si rien n’est certain en ce qui concerne sa formation, il est à Rome en 1608, avant que de rejoindre le Velay en 1613, où il ouvre un atelier avec ses fils et des peintres locaux. Au musée du Louvre, Guy François est représenté par une Sainte Madeleine caravagesque.

Dans la notice qu’il consacre à l’ensemble d’Aulteribe, Bruno Saulnier suggère la possibilité qu’il provienne du château de Sistrières dans le Cantal, dont le mobilier avait été hérité de la famille de Murat-Sistrière, lorsque Georges Arthur de Pierre (1839-1918) se marie avec Anne-Marie de Murat Sistrière en 1866.

L’iconographie fait débat puisque deux propositions s’affrontent. Il s’agirait soit d’allégories, soit de saintes. En effet, on peut reconnaître la représentation de Sainte Françoise romaine pleurant sa fille, Olive de Palerme tenant un sceptre et une branche d’olivier, Sainte Cécile tenant un triangle et une baguette, une autre sainte martyre tenant une couronne et un sceptre et une allégorie de la modestie.

Par ailleurs, l’ensemble d’Aulteribe peut être rapproché d’une autre série peinte par Guy François représentant des « Femmes Fortes » ou des « Femmes illustres » conservée dans une collection privée en Haute-Loire. Cette dernière peut être datée de la toute fin de la carrière du peintre et serait donc postérieure aux peintures d’Aulteribe. Les deux séries présentent une iconographie semblable, à savoir plusieurs panneaux représentant des femmes seules. Elles se distinguent par leurs formats, étiré en hauteur pour ceux du de la collection privée ; étiré en largeur pour ceux du château d’Aulteribe. Le format des panneaux d’Aulteribe pourrait être une preuve que l’ensemble proviendrait de la partie haute d’un décor aujourd’hui démembré. 

Bruno Saulnier rapporte dans sa notice que selon Barbara Brejon de Lavergnée, l’ensemble ne serait peut-être pas homogène, mais issu de deux séries distinctes. De fait, seuls deux tableaux offrent une composition différente avec l’apport d’un second personnage, tandis que les autres toiles mettent en scène une seule femme.

 

Guy François (v. 1578-1650), Sainte Marie-Madeleine pénitente, v. 1620-1630. Huile sur toile, 105 x 83 cm. Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais / Franck Raux.

 

Guy François et atelier, la reine Zénobie, huile sur toile, 107 x 83 cm, Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

 

Guy François, Panthée. Huile sur toile, 107 x 83 cm. Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

 

Guy François (d’après Guido Reni), Lucrèce. Huile sur toile, 107 x 83 cm. Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

 

Guy François, Porcia. Huile sur toile, 107 x 83 cm. Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

 

Atelier de Guy François, Judith. Huile sur toile, 99,5 x 81 cm. Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

 

Guy François, Marie Stuart (?). Huile sur toile, 107 x 83 cm. Haute-Loire, collection privée. Bruno Saunier, 2008. © Bruno Saunier.

MenuFermer le menu